Français

je suis en Français m

The EAR Technology

The EAR Technology developed by the Sainte Lizaigne company of the CLAIRE Group is one of the 5 technologies presented at the innovation workshop organized in July 2017 in Accra. This is an initiative of the Isle Utilities organization. This workshop took place as a side event of the sessions of the 77th Scientific and Technical Council of AfWA held from July 17 to 21, 2017 in the Ghanaian capital.

The Isle Utilities organization presented 5 technologies to the thirty or so representatives of water utilities, including the “Ear” active connection, an acoustic listening device developed by Sainte-Lizaigne. This is part of the process of setting up a technological innovation platform for the benefit of water utilities in sub-Saharan Africa. Funded by the International Finance Corporation and The Global Innovation Fund GIF, this technology platform project is implemented in partnership with the African Water Association.

Marc Cormery, Export Manager of the Sainte-Lizaigne company, presented the EAR solution at this workshop. Sainte-Lizaigne’s EAR solution (expertise in the field of drinking water connections), developed in partnership with SebaKMT (expertise in the field of leak detection), is a permanent monitoring system for leak detection on HDPE/PVC networks (mainly present in Africa), but also for pipes of any diameter and material.

This is an active connection that is an integral part of the network heritage and, in addition to its opening/closing function, ensures permanent monitoring of the network by listening. The connections can thus be used as network listening points and form a strategic network.

Installed as a fixed prelocator on the network, the EAR solution allows precise listening because the hydrophone sensor is positioned in the water column and acquires the sounds directly: the listening is of very good quality, whatever the nature of the pipe and its diameter, and the surrounding noise minimized. Data collection is carried out by two methods: patrol mode or network. The correlation will then specify the exact location of the leak. As a permanent monitoring device, the EAR connection detects a leak at an early stage, improves response time and optimizes operating costs (reduced on-call time).

The EAR solution has already proven its worth. For example, it has made it possible to reduce water losses by 193,000 m3 in one year in a community of more than 110,000 subscribers (daily water consumption of 50,000 m3, 1,500 km of pipes) and a potential yield gain of 12 points.

The EAR system consists of:

– An intake valve with an integrated hydrophone sensor;

– A radio transmitter (located under the key-operated mouth or transferred to the counting station in a bollard or manhole) to record data, diagnose the problem;

– connectivity and accessories for integration. It can be installed on new or existing networks.

Sainte-Lizaigne is the specialist in solutions for connection to the metering environment for drinking water networks and offers systems for network control. The company employs 115 people and had a turnover of more than 28M€ in 2016. It designs, manufactures and sells water systems in France and abroad for water network operations. Sainte-Lizaigne’s customers include the main water distribution groups (Veolia, SAUR, Suez-Lyonnaise des Eaux, etc.), networks of distributors and wholesaler partners and local authorities. www.sainte-lizaigne.com

 

La Technologie EAR

La Technologie EAR développée par l’entreprise Sainte Lizaigne du Groupe CLAIRE fait partie des 5 technologie présentées à l’occasion de l’atelier d’innovation organisé en juillet 2017 à Accra. Il s’agit d’une initiative de l’organisation Isle Utilities. Cet atelier s’est déroulé en marges des Travaux du 77ème Conseil scientifique et Technique de l’AAE tenu du 17 au 21 juillet 2017 à dans la capitale ghanéenne.

La structure Isle Utilities a présenté 5 technologies à la trentaine de représentants des sociétés d’eau parmi lesquelles le branchement actif « Ear » un dispositif d’écoute acoustique développé par la société Sainte-Lizaigne. Ceci dans le cadre du processus de mise en place d’une plateforme d’innovation technologique au profit des sociétés d’eau d’Afrique Subsaharienne. Financé par la Société Financière Internationale et ‘’The Global Innovation Fund GIF’’, ce projet de plateforme technologique est mis en œuvre en partenariat avec l’Association Africaine de l’Eau.

C’est donc à l’occasion de cet atelier que Marc Cormery, Responsable Export de la structure ‘Sainte-Lizaigne’ a présenté la solution ‘’EAR’’.

La solution EAR de Sainte-Lizaigne (expertise dans le domaine du branchement d’eau potable), développée en partenariat avec SebaKMT (expertise dans le domaine de la recherche de fuite), est un système d’écoute permanent pour la détection de fuites sur les réseaux en PEHD/PVC (réseaux majoritairement présents en Afrique), mais aussi pour les conduites de tout diamètre et tout matériau. Il s’agit d’un branchement actif faisant partie intégrante du patrimoine réseau qui permet, en plus de sa fonction d’ouverture/fermeture, d’assurer une surveillance permanente du réseau par l’écoute. Les branchements peuvent ainsi être utilisés comme points d’écoute du réseau et former un maillage stratégique.

Installée en fixe en tant que prélocalisateur sur le réseau, la solution EAR permet une écoute précise car le capteur hydrophone est positionné dans la colonne d’eau et acquiert directement les bruits : l’écoute est de très bonne qualité, quels que soient la nature de la canalisation et son diamètre, et les bruits environnants minimisés. La collecte des données se réalise par deux méthodes : mode patrouille ou network. La corrélation précisera ensuite l’endroit exact de la fuite.

En tant que dispositif de surveillance permanente, le branchement EAR détecte de façon précoce une fuite, permet de gagner en réactivité d’intervention et d’optimiser les coûts d’exploitation (durée d’astreinte réduite).

La solution EAR a déjà fait ses preuves. Elle a permis par exemple une réduction de 193 000 m3 des pertes d’eau en 1 an dans une communauté d’agglomération de plus de 110 000 abonnés (consommation d’eau journalière de 50 000 m3, 1 500 km de canalisations) et un gain potentiel de rendement de 12 points.

Le système EAR se compose :

– d’un robinet de prise en charge intégrant un capteur hydrophone

– d’un émetteur radio (positionné sous la bouche à clé ou reporté au poste de comptage dans une borne ou un regard) permettant l’enregistrement des données, le diagnostic

– de la connectivité et des accessoires permettant l’intégration Il peut être installé sur les réseaux neufs ou existants.

Sainte-Lizaigne est le spécialiste des solutions du branchement à l’environnement de comptage pour les réseaux d’eau potable et propose des systèmes pour le pilotage de réseau. La société emploie 115 personnes et a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 28M€ en 2016. Elle conçoit, fabrique en France et commercialise en France et à l’international pour les exploitations des réseaux d’eau. Sainte-Lizaigne compte parmi ses clients les principaux groupes de distribution d’eau (Veolia, SAUR, Suez-Lyonnaise des Eaux…), des réseaux de distributeurs et grossistes partenaires et les collectivités locales. www.sainte-lizaigne.com

La protection des sources d’eau améliore la qualité et la quantité de l’eau dans les zones rurales du Kenya

Environ 95 pour cent des habitants du village de Silula, dans l’ouest du Kenya, tirent leur eau potable des sources et des rivières, mais la majorité de ces sources ne sont pas protégées contre la pollution. L’eau s’écoule généralement de l’œil de la source et est recueillie à des mètres de distance, ce qui l’expose à la contamination fécale, aux activités domestiques comme le lavage des vêtements et des ustensiles et au ruissellement agricole.

En novembre 2016, les membres de la communauté ont pris part à une initiative soutenue par l’USAID pour promouvoir la conservation des principales sources d’eau dans le comté de Siaya en protégeant et en renforçant les associations d’usagers des ressources en eau (WRUAs). Les WRUAS sont des associations bénévoles composées d’usagers de l’eau et de propriétaires riverains intéressés par la bonne gestion de leurs ressources en eau.

Des membres enthousiastes de la communauté ont fourni des poteaux de clôture, des briques et du béton pour aménager l’admission de sources d’eau et de la main-d’œuvre non qualifiée pour nettoyer et améliorer le chemin d’accès aux sources d’eau. Les bienfaits de la protection et de la conservation des sources ont été immédiatement ressentis. La qualité bactériologique de l’eau a été améliorée par les barrières physiques du bassin versant de la source construite, qui dirigent l’eau directement depuis l’œil de la source. La qualité physique, y compris la turbidité, est également contrôlée de la même façon vu qu’aucun sédiment ne peut traverser le tuyau de sortie. Le débit a été augmenté en raison de l’accroissement de la pression d’eau derrière le mur du bassin versant. « Les longues files d’attente à la source d’eau sont inouïes. Mes jerrycans de 20 litres se remplissent en seulement deux minutes! De plus, ma famille de quatre personnes utilise maintenant cinq jerrycans par jour alors que nous faisions la queue depuis si longtemps pour faire le plein », dit Naima Mohammed, 23 ans. Beaucoup de choses ont changé depuis ses premiers voyages de plus de 90 minutes tous les deux jours pour aller chercher de l’eau, même si la source n’était qu’à 300 mètres de chez elle. En plus de l’amélioration de la qualité et de la quantité de l’eau disponible pour plus de 700 membres de la communauté, la protection de la source Silula a encouragé les membres de la communauté à s’inscrire comme membres volontaires du WRUA, en s’engageant à mener un large éventail d’activités qui contribuent à une meilleure gestion des bassins versants, notamment éviter les activités sur les zones riveraines délimitées, mener des activités de conservation des sols et de l’eau, planter des arbres et contrôler la pollution de l’eau.

Le projet 2015-2020 de l’USAID Kenya Integrated Water, Sanitation and Hygiene (KIWASH) travaille avec les communautés locales, les bureaux de l’eau des comtés et les décideurs pour améliorer la représentation des communautés dans les WRUAs dans les sous-bassins versants afin d’accroître la sensibilisation sur la conservation intégrée des bassins versants et la gestion des ressources en eau. Le projet vise également à renforcer la capacité des gouvernements et des institutions des comtés à accroître la protection des sources d’approvisionnement en eau et à améliorer l’accès à l’eau.

Approximately 95 percent of residents in Silula Village, in western Kenya obtain their drinking water from springs and rivers, yet the majority of these sources are unprotected from pollution. Water typically flowed from the spring eye to be collected meters away, exposing it to fecal contamination, domestic activities such as washing of clothes and utensils, and agricultural runoff.

In November 2016, community members took part in a USAID-supported initiative to promote conservation of key water sources in Siaya County by protecting and strengthening of Water Resources User Associations (WRUAs). WRUAs are voluntary membership associations made up of water users and riparian owners interested in proper management of their water resources.

Enthusiastic community members contributed fencing posts, bricks and hardcore to secure the spring intake and unskilled labor to clear and improve the access path to the spring. The benefits of protecting and conserving the spring were experienced immediately. The bacteriological quality of water was improved by the physical barriers of the constructed spring catchment, which target water directly to the spring eye. The physical quality, including turbidity, is also controlled in the same way because no sediments can make their way through the outlet pipe. The flow rate was increased due to a build-up in water pressure behind the spring catchment wall. “Long queues at the spring are unheard of now. My 20 liter jerry cans fill up within just two minutes! Moreover, my family of four now uses five jerry cans per day up from the two we used to queue for so long to fill up,” Naima Mohammed, 23, says. Much has changed since her original trips of over 90 minutes every other day to collect water even though the spring was only 300 meters from her home. In addition to improving the quality and quantity of water available to over 700 community members, the protection of the Silula Spring encouraged community members to register as voluntary members of the WRUA, making commitments to carry out a wide range of activities that contribute towards better watershed management such as avoiding activities on demarcated riparian areas, carrying out soil and water conservation activities, planting trees, and controlling water pollution.

The 2015-2020 USAID Kenya Integrated Water, Sanitation and Hygiene (KIWASH) Project works with local communities, county water offices and decision-makers to improve community representation in WRUAs within sub-catchments to increase sensitization on integrated watershed conservation and water resources management. The project also aims to build the capacity of county governments and institutions to expand source water protection and improve water access